Razer Iskur Test : Un premier essai réussi ?

Bien connue pour ses composants informatiques à destination des gamers, la multinationale singapourienne et américaine se lance cette fois à l’assaut des chaises gamer. Un marché prospère et lucratif, mais sur lequel la concurrence est déjà bien établie, vous l’avez constaté au travers des nombreux tests. Lancée à 499€ sur le continent européen, cette chaise gamer s’inscrit résolument dans le haut-de-gamme.

Sa promesse la plus attractive ? Son système de support lombaire avec vérin à la place du traditionnel coussin de dos. Dans ce test de la chaise gamer Razer Iskur, je vous livre mes impressions quant à sa qualité, ses fonctionnalités et son confort.

Caractéristiques de la  chaise gamer Razer Iskur

Retrouvez dans le tableau ci-dessous les principales caractéristiques du fauteuil ; il est suivi par le test au complet.

Razer Iskur : vue d’ensemble
Poids : 21 kg
Réglable en hauteur
Largeur de l’assise : 39 cm
Taille recommandée pour l’usager : entre 170 et 190 cm
Poids maximal supporté : 136 kg
Base à 5 roues
Accoudoirs 4D
Inclinaison jusqu’à 139°
Piston de classe IV
Livrée avec support lombaire (vérin) et coussin de tête
Garantie de 3 ans sur le siège
Prix : Voir Sur Amazon

Réception, unboxing et présentation de la Razer Iskur

A la date où j’écris ce test, il m’a fallu patienter un peu plus de deux mois. L’approvisionnement est en effet un peu chaotique, avec des retards, des décalages, des ruptures de stock, etc. Au vu du contexte, toutefois, cela est compréhensible, et nul doute que le process va s’améliorer à l’avenir. J’ai commandé la chaise en passant par LDLC, le gros colis de plus de 30 kg m’est parvenu sans encombre, en parfait état.

Très clairement, le packaging est réussi. A l’ouverture, on retrouve d’abord les indications de sécurité via des pictogrammes sur les faces intérieures du carton. Au-dessous, on découvre un grand panneau vert – couleur symbolique de Razer – avec un mot du CEO et, au dos, les étapes d’assemblage. Je vais de surprise en prise, découvrant des pièces toutes très bien protégées et emballées. Elles sont rangées dans des encoches en mousse, comme pour les biens précieux que l’on transporte en avion. Niveau protection, c’est donc le top. Organisation, aussi, puisqu’on retrouve une boîte à part avec les rangements pour les vis, tournevis, etc. ainsi que différents éléments (roues, vérin, caches, etc.) également dans des encoches en mousse.

Je remarque que les instructions sur le carton sont nombreuses. Je parlais des indications de sécurité, mais quand j’ouvre la boîte d’accessoires, je retrouve également les instructions d’utilisation sur le carton. J’ai l’impression que Razer a privilégié l’expérience utilisateur de l’unboxing, en dévoilant peu à peu les infos utiles sur la chaise, histoire de créer l’excitation. La marque s’adresse à un public résolument jeune, avec le tout digital (QR code pour l’assemblage, par exemple) et une documentation sommaire (façon d’utiliser le système ergonomique ; livret pour la garantie et la sécurité ; autocollants). Un document regroupant l’ensemble aurait été sympa, car je ne me vois pas vraiment déchirer et garder les bouts de carton… 🤨

Au final, j’en garde une excellente première impression. Le packaging est certainement le plus travaillé qu’il m’ait été donné de voir, encore mieux que chez Secretlab. En même temps, il faut bien justifier la différence de prix !

Le montage de la chaise gamer, simple et rapide

Venons-en à l’assemblage. Je vous précise d’emblée que la notice se suffit à elle-même, mais que Razer présente également une vidéo de montage de la Razer Iskur.

Le processus se fait en 9 étapes. On commence par l’assemblage des deux modules (assise et dossier) avec les vis. Cela se fait rapidement et facilement, le grand tournevis est agréable et maniable, tandis que les trous du fauteuil donnent bien directement sur les pas de vis. Il en va de même pour les caches, avec un système clipsable vers le bas, ce qui permet de bien les caler. Pour les petits embouts, je ne comprends pas trop pourquoi Razer s’est embêté à faire deux formats différents (selon gauche / droite)… Attention à ne pas vous tromper !

Je n’ai rien à signaler sur l’installation du mécanisme et du vérin, honnêtement, c’est très simple. De même pour la base : les roues s’intègrent facilement, sans forcer. Il ne reste plus qu’à rassembler la base avec les deux modules, et le tour est joué !

Razer indique qu’il est préférable d’être à deux pour monter la chaise gamer, mais personnellement, je m’en suis sorti seul et en une trentaine de minutes. C’est intelligent et très bon.

Une excellente qualité de fabrication

A presque 500 euros le modèle, vous vous doutez bien que je vais accorder une attention toute particulière à la qualité des matériaux et à la conception du modèle.

Le Premium est bien présent : les plastiques sont de belle qualité, les finitions sont irréprochables, la base est de belle constitution, le vérin est solide. Le revêtement simili cuir est du même acabit, offrant a priori une sacrée durabilité ainsi qu’un contact chaleureux. Ses surpiqûres sont sans défaut, il n’y a pas un fil qui dépasse ! 👍

Les roulettes sont épaisses et offrent une très bonne adhérence au sol. Un peu trop, peut-être : perso, je dois forcer un peu pour la déplacer sur du plancher PVC. Si vous vous la procurez, je vous conseille donc de l’installer sur une surface plane (pas un tapis par exemple !).

Aussi, je regrette que les roulettes fassent sporadiquement du bruit quand on les déplace. C’est mineur, mais cela s’ajoute à d’autres petits bruits irréguliers : avec le revêtement (ce qui est normal pour du simili cuir), avec le support lombaire quand on se relève, et parfois des petits bruits métalliques. Rassurez-vous : ce n’est pas un vacarme ! Mais on l’entend de temps à autres.

Que penser du design de la Razer Iskur ?

Honnêtement, j’adore l’aspect global de la chaise gamer. Je vois bien la volonté de Razer d’offrir à son siège une apparence « Gaming Premium », alliant sérieux et codes du milieu. Sur les côtés du dossier et de l’assise, on retrouve par exemple de subtiles bandes en damier, vraiment dans l’esprit « racing ». Sur la face avant du dossier, la marque appose même son slogan : « By Gamers, for Gamers ». Mouais, perso je trouve que ça casse un peu le côté Premium.

Ce qui me plaît le plus, c’est certainement l’imitation serpent de la chaise, en particulier sur le support lombaire. Les losanges du revêtement reproduisent à merveille la peau d’un serpent – et je vous laisse deviner quel est l’animal emblème de notre cher Razer…

Franchement, c’est une belle chaise, à l’allure haut-de-gamme.

Les fonctionnalités et réglages

Mon test de la Razer Iskur est particulièrement positif quant aux fonctionnalités et réglages du siège gamer. La marque tient à ce que les utilisateurs puissent personnaliser la chaise de façon à s’y sentir le mieux possible.

  • L’assise : hauteur et rocking chair

On peut régler la hauteur d’assise via une manette dédiée ; de même pour le système de rocking chair. Il est assez généreux, et peut même se faire sur les côtés ; du moins à droite, car il est bloqué à gauche.

  • L’inclinaison du dossier

Ce n’est pas vraiment un point sur lequel le fauteuil gamer a misé, puisque vous pouvez allonger la chaise jusqu’à 139°, soit une bonne position détente pour regarder un film ou une série. Cela suffira amplement à une majorité d’utilisateurs, mais en comparaison, l’AKRacing Core LX Plus peut être inclinée jusqu’à 180° (soit une position couchée totale). Je comprends toutefois pourquoi Razer s’est limité : une inclinaison trop importante est difficilement compatible avec le système de soutien lombaire.

  • Les accoudoirs 4D

Les accoudoirs de la chaise gamer Razer Iskur peuvent être réglés sur 4 axes : gauche / droite ; rotation gauche / droite ; haut / bas ; avant / arrière. Les réglages sont très faciles et presque identiques à la Secretlab Titan (en Softweave ici) : je pense par exemple au système coulissant pour l’avant / arrière ou aux boutons dédiés à chaque réglage.

  • Le soutien lombaire

Il peut être réglé via une manette sous le siège, près de l’accoudoir à droite. En levant le levier et en s’appuyant contre le soutien, il recule ; l’inverse si on ne s’appuie pas. Un fonctionnement similaire à l’inclinaison, donc. Je reviens sur son confort et son soutien ci-dessous.

Un très bon confort pour la Razer Iskur

C’est quand même bien le but premier d’une chaise, alors j’y prête là aussi une attention toute particulière.

Le cuir synthétique multicouche est très agréable. Son confort est assez ferme, ce qui a l’avantage de déployer un très bon soutien pour l’assise, le support lombaire et le dossier. Le retour du bâton, c’est que les amateurs de moelleux ne seront pas les plus enchantés. L’assise est par exemple plus ferme que pour une Secretlab Titan.

Petit reproche (pas des moindres à mon sens) que j’adresse à l’assise : sa largeur trop limitante. Premièrement, il n’est pas possible de s’asseoir en tailleur, car on se sent vraiment à l’étroit. Deuxièmement, le siège ne s’adresse pas aux personnes à forte corpulence. Cela est d’ailleurs confirmé par le poids maximal supporté, 136 kg. Si la chaise est un succès commercial, peut-être aura-t-on le droit à une future version Razer Iskur XL, comme chez Secretlab, qui sait ?

D’ailleurs, en parlant de Secretlab, je trouve justement que la Titan et l’Iskur partagent des similitudes en ce qui concerne le confort. Le coussin de tête en mousse à mémoire de forme, par exemple, est tout aussi qualitatif. Il s’adapte à la morphologie de la nuque et de la tête afin de déployer un repos optimal. Au niveau des accoudoirs, j’apprécie l’effort de Razer concernant le rembourrage ; c’est mieux que la concurrence, mais pas encore aussi bien que pour une Titan.

Au global, je trouve le confort de l’assise excellent ; et vous constaterez ci-dessous qu’il en va de même pour le soutien lombaire !

L’ergonomie du soutien lombaire avec vérin : une innovation intéressante

C’est « THE » innovation du modèle, ce qui lui permet de se distinguer de la concurrence… et justifier le prix plus élevé à même niveau de gamme, au passage.

Concrètement, de quoi s’agit-il ? Pour le présenter simplement, c’est comme un surdossier réglable. Grâce au vérin et à une manette sur la droite, il est possible de diminuer ou d’augmenter l’ouverture du soutien lombaire ergonomique.

Un tel système est conçu avec un objectif bien précis en tête : reproduire la courbure du dos afin que la tête vienne naturellement reposer sur la têtière en mousse à mémoire de forme. Est-ce réussi ? Très clairement, oui, je suis assez impressionné. Les réglages par défaut étaient déjà parfaits pour ma carrure, et permettaient de reposer « la tête sur l’oreiller » sans devoir modifier ma posture. C’est vraiment excellent ! Le réglage, quant à lui, se fait simplement, de la même manière que pour l’inclinaison.

Conclusion du test de la chaise gamer Razer Iskur

Voir sur Amazon

Je vous le disais en introduction, la chaise gamer Iskur est une grande première pour Razer. Que retenir de cette première aventure ?

Que c’est une franche réussite. Honnêtement, j’attendais ce modèle avec beaucoup d’impatience, et je me suis régalé à l’utilisation. Le design est inspiré, la qualité est digne du niveau de gamme, et les nombreux réglages permettent vraiment d’avoir SA chaise.

Le système de support lombaire à vérin m’a lui aussi pleinement convaincu, remplissant parfaitement sa promesse de reproduire la courbure du dos. Dans le même temps, je ne peux m’empêcher de penser que cette innovation est la principale raison pour laquelle la chaise est chère de plus de 100 euros par rapport à une Secretlab Titan XL. Techniquement, on est vraiment sur la même qualité de fabrication haut-de-gamme, sauf que l’addition est plus salée pour la Iskur. Surtout que Secretlab porte la garantie totale à 5 ans là où Razer se contente de 3 ans… C’est peu en comparaison de la concurrence. En comparaison, AK Racing offre par exemple 5 ans sur le siège et 10 ans sur le cadre de ses chaises, comme la AK Racing Core Ex.

A côté de ça, je ne la trouve pas non plus sans défaut. Les petits bruits que fait la chaise de temps à autre gâchent légèrement l’expérience d’utilisation. La largeur de l’assise, quant à elle, est assez limitante ; ne comptez pas vous asseoir en tailleur, donc.

Qu’est-ce que j’en retiens finalement ? Que la Razer Iskur s’insère très bien sur le marché des chaises gamer, avec ses finitions irréprochables, son confort, et sa top qualité globale. La différence de prix avec la concurrence est toutefois difficile à justifier dès que l’on met le système de support lombaire (vérin) à part. A vous de voir, donc, si cette seule innovation justifie la tarification plus onéreuse.

J’aime :

  • Un packaging magnifique, très Premium
  • L’assemblage rapide et sans difficulté
  • Le design très inspiré ; l’imitation peau de serpent
  • La qualité de fabrication et des matériaux
  • Le confort de l’assise
  • La multiplicité des réglages (dossier ; assise ; accoudoirs ; support lombaire)
  • Le système de support lombaire ergonomique, très bien pensé

J’aime moins :

  • On paye quand même cher l’innovation
  • La chaise fait un peu de bruit (revêtement, roulettes, mécaniques, etc.)
  • L’assise n’est pas très large (impossible de s’asseoir en tailleur)
  • Une garantie limitée en comparaison de la concurrence

Leave a Comment