AutoFull Chaise Gaming Rose : Le Test En Profondeur

Après avoir testé des modèles de marques gaming typiques, comme Secretlab ou Noblechairs, j’ai décidé d’innover en laissant leur chance à des modèles à la fois plus originaux et moins connus. Me voilà donc parti à la recherche d’un modèle… jusqu’à tomber sur celui-ci. Original, c’est sûr qu’il l’est, rien que pour son design.

Pour autant, sous son apparence coquette et même charmeuse, le fauteuil répond-t-il à mes attentes en termes de fonctionnalités et de confort ? Pour le savoir, je vous invite à consulter mon test de la chaise gamer AutoFull Pink With Bunny.

Caractéristiques de la AutoFull Chaise Gaming Rose

Je reprends pour vous ci-dessous les principales caractéristiques techniques de la chaise gamer ; j’enchaîne ensuite avec le test.

AutoFull Pink With Bunny : vue d’ensemble
Poids : 25 kg
Réglable en hauteur
Largeur de l’assise : x cm
Poids maximal supporté : 150 kg
Base à 5 roues
Accoudoirs 2D
Inclinaison jusqu’à 155°
Piston de classe IV
Livrée avec coussin lombaire et de tête
Inclut des oreilles et une queue de lapin, tapis de sol
Garantie de 2 ans sur le siège

Réception, unboxing et présentation de l’AutoFull Pink With Bunny

Comme vous vous en doutez, c’est un petit mastodonte qui se présente à vous, près de 30 kg. Il est préférable de le réceptionner à deux, à moins que vous ne soyez au rez-de-chaussée (ce qui est mon cas, haha !).

A l’ouverture, je suis assez enthousiaste. Tout est bien emballé, protégé et rangé. On retrouve les différents modules : assise, dossier, base, mécanisme de bascule et accoudoirs. Une première boîte à part regroupe les accessoires (vis, guide de montage et brochure marque, roulettes, vérin et caches), et une seconde contient les goodies esthétiques : la queue et les oreilles de lapin. Tout est très complet, même si la présence de très nombreux éléments peut effrayer a priori.

Assemblage de la chaise

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec le montage de l’AutoFull Pink With Bunny. A cet effet, on profite d’un guide d’assemblage très clair, multi-langues (dont le français) et accompagné de photos à chaque étape.

Dans un premier lieu, on commence par insérer les roulettes dans la base ; bonne nouvelle : il n’y a pas besoin de forcer, elles rentrent toutes seules dans les trous prévus à cet effet. On passe ensuite à l’installation du vérin.

Venons-en maintenant au raccordement dossier / assise. Cela se fait plutôt simplement, même si certains pas de vis ne sont pas une partie de plaisir ; il faut souvent s’y reprendre à plusieurs fois. Une fois le dossier visé, on peut ensuite poser les caches.

Et là, je suis assez estomaqué : autant le cache s’insère bien vers le bas (grâce à une encoche), autant il y a un jour assez important en hauteur. Comment est-il possible de passer à côté de ça ? Je vérifie plusieurs fois dans le livret, et constate que le fabricant parle d’une « bande » que l’on peut sangler pour faire tenir les caches. Erm, personnellement je n’ai rien trouvé ☹. Je dois donc me contenter de voir les caches s’ouvrir sur leur hauteur, c’est pas sensationnel.

Parlons maintenant des accoudoirs. Car oui, à l’inverse de tous les modèles que j’ai testés précédemment, c’est ici à vous de les monter. Soit. Je m’y attèle… et sérieusement, le constructeur aurait simplement dû s’en charger. C’est une vraie galère, je bloquais sur 2 pas de vis, et il m’a fallu un coup de main pour y parvenir, car je commençais à devenir fou. Au final, cela s’est bien terminé, mais je soupçonne ma chaise gamer de présenter des petits défauts de fabrication.

BREF, cette étape (enfin) terminée, j’en vois le bout. On pose et visse le mécanisme de bascule sur l’envers de l’assise, puis venons placer l’assise. Le constructeur préconise de placer la base au sol et de venir y placer le module assise + dossier. Honnêtement, je ne trouve pas ça très pratique : mieux vaut placer le module au sol, penché, avec l’envers de l’assise vers vous, puis y installer la base avant de retourner le tout pour disposer la chaise correctement.

On termine alors avec l’installation des accoudoirs : les coussins (libre pour le coussin lombaire, avec sangle pour la têtière) et les goodies design : les oreilles et la queue de lapin. La queue se pose sur un bouton, à l’arrière du dossier, tandis que l’arceau des oreilles s’insère naturellement dans un espace prévu à cet effet dans le haut du dossier.

Après ce montage un peu chaotique, je peux maintenant passer à l’analyse du design, à la fois en termes de qualité et d’esthétique.

Que penser de la qualité de fabrication ?

A ce sujet, je dois dire que je suis assez partagé.

Les matériaux font un peu cheap, et pour cause : de nombreux éléments sont en constitution plastique. C’est par exemple le cas de la base, mais également des roulettes et des accoudoirs.

Côté finitions, aussi, ce n’est pas très joyeux. Je repère par exemple des aspérités et des éclats sur la base. Heureusement, le revêtement, lui, est sans accrocs et présente très bien, à la hauteur d’un similicuir type de ce niveau de gamme. Même observation pour le coussin lombaire et celui de tête, qui ne présentent aucun défaut.

Voir sur Amazon

Le design « Girly / Playboy », l’atout fort de la chaise gamer

Effectivement, c’est bien pour ça qu’on le remarque. A-t-on déjà vu une chaise gamer pareille ? La cible est assumée : on est en plein dans le girly. Le duo blanc / rose est évidemment à l’honneur et recouvre le revêtement, la base et même jusqu’aux roulettes.

Ces couleurs sont synonymes de légèreté et de douceur ; on les retrouve par ailleurs très peu sur les autres modèles, c’est donc une belle originalité. Au design girly s’ajoute une touche de Playboy / téléphone rose, ce que l’on constate aisément aux oreilles et à la queue de lapin. Fait intéressant : la chaise combine ce design original avec certains codes classiques du gaming, comme le dossier type racing. La combinaison des deux genres est surprenante, mais rend bien.

AutoFull a-t-il eu raison de pousser le design girly aussi loin ? Sincèrement, je pense que, quitte à jouer cette carte, autant la jouer à fond. D’autant plus que cela semble beaucoup plaire au vu des avis clients. J’ai demandé à quelques amies de me donner leur ressenti sur le visuel de la chaise : une grande partie s’en amuse et aime ce design original. Seules quelques amies le trouvent un peu « too much », voire assez caricatural. Les goûts et les couleurs ! Tout dépend de vous, donc.

Un mot sur l’entretien : il faut à la fois être vigilant ET entretenir la chaise régulièrement. Les couleurs claires se salissent vite, notamment le blanc. Le revêtement fluffy des accoudoirs est lui aussi blanc, et se salit rapidement lui aussi ; de même pour les oreilles de lapin, même si vous n’êtes pas censé les toucher une fois qu’elles sont en place, sauf pour les retirer.

Les roulettes, quant à elles, prennent très facilement les poussières et autres : il faut donc aspirer régulièrement le tapis de sol et nettoyer les roulettes au besoin.

Les fonctionnalités et réglages de l’AutoFull Pink

Après avoir présenté la chaise visuellement, j’en arrive maintenant à l’utilisation. Voici mon avis sur les différents points ci-dessous (je ne m’attarde pas sur le réglage en hauteur de la chaise, puisque c’est classique) :

  • Le mécanisme de rocking chair

L’assise prévoit un système de bascule, qui permet donc de vous balancer librement sur la chaise. Il est toutefois dommage de ne pas pouvoir le bloquer à l’aide d’une manette.

  • L’inclinaison du dossier : jusqu’où peut-on vraiment aller ?

Sur le papier, le fabricant indique que l’on peut pousser jusqu’à 155° pour une position « repos ». Toutefois, à l’utilisation, je constate que le dossier peut s’incliner jusqu’à 180° ; et il est même possible de le descendre encore plus près du sol avec le rocking chair.

Ma première question, maintenant, est : est-ce bien raisonnable ? Déjà, il n’est pas nécessaire d’aller le plus loin possible en arrière, puisque cela devient simplement inconfortable et inutile au maximum. Ma seconde question : est-ce même souhaitable ? Honnêtement, je ne vous recommande pas de pousser au maximum pour une raison de répartition de poids. En basculant vers l’arrière, c’est le dossier qui doit supporter le plus le poids, alors que celui-ci est normalement soutenu à la fois par le dossier ET l’assise. Je vous conseille donc de vous limiter à 155° pour préserver l’intégrité du matériel.

  • Les accoudoirs 2D

C’est du classique : on peut régler en hauteur, à l’aide d’une manette sur les côtés respectifs des accoudoirs, ainsi qu’en rotation droite / gauche. A noter que celle-ci est libre et n’est pas bloquée : autrement dit, si vous faites un faux mouvement du coude ou saisissez la chaise gamer par un accoudoir, celui-ci se dérègle.

Il aurait été intéressant de pouvoir bloquer le réglage actuel à l’aide d’un bouton que l’on enclenche au besoin, pour effectuer de nouveaux réglages.

Un confort raisonnable pour le prix

J’ai testé la chaise pendant plusieurs heures d’affilée, pour le travail et le gaming.

J’en ai franchement un bon ressenti. L’assise déploie un bon soutien, à mi chemin entre fermeté et moelleux ; elle est donc susceptible de convenir au plus grand nombre.

Le dossier, quant à lui, est classique en bas, mais très dur vers le haut. Cela signifie, à mon sens, que le coussin de tête est nécessaire pour vraiment être dans une position confortable.

Le coussin lombaire est classique, il fait le travail en termes de soutien du bas du dos, mais il est dommage que son positionnement soit libre. Si vous bougez souvent sur la chaise, le coussin bouge donc également                ; vous devez donc le caler avec votre dos.

Voir sur Amazon

Pour les accoudoirs, le revêtement fluffy amovible offre un contact très doux, ce qui permet d’annuler leur dureté.

Dernière observation : il m’est impossible de m’asseoir en tailleur au vu de mon gabarit. Selon le vôtre, cependant, il est possible que vous y parveniez.

Conclusion du test de la chaise gamer AutoFull Pink With Bunny

Pour donner mon avis final, je dois dire que je suis relativement satisfait, même si je suis passé par plusieurs déceptions. A mon sens, le design est original et très sympa ; les petits goodies et le tapis de sol font d’ailleurs pleinement leur effet, conférant un atout charme. Seulement, il présente l’inconvénient de nécessiter un entretien régulier pour garder son éclat.

Sur la constitution de la chaise, je suis mitigé : autant le revêtement est irréprochable, autant je trouve les finitions peu convaincantes pour la base. Les nombreux éléments plastiques sont certes abordables, mais donnent un rendu un peu cheap. Les caches mal installés ne sont pas, eux non plus, du plus bel effet…

A l’utilisation, l’AutoFull Pink With Bunny est intéressante, d’abord en ce qui concerne les différentes fonctionnalités. L’inclinaison et le rocking chair sont sympas de ce point de vue, mais il faut être prudent et ne pas pousser au maximum. Côté confort, pas de doute, c’est honorable et convient parfaitement pour une utilisation de plusieurs heures consécutives. Restent que les coussins, assez classiques, sont nécessaires, en particulier en ce qui concerne la têtière.

Verdict : 3,25/5

J’aime :

  • Un design girly assumé et travaillé
  • Des goodies sympas 
  • Le revêtement lisse sans défauts
  • Le bon confort pour le niveau de gamme
  • La générosité de l’inclinaison et du rocking chair
  • Le tapis de sol fourni

J’aime moins :

  • Le montage assez galère pour certaines étapes
  • La surabondance d’éléments plastiques
  • La qualité moyenne des finitions
  • Les caches
  • Le coussin lombaire non-attaché
  • Un entretien régulier nécessaire

1 réflexion au sujet de « AutoFull Chaise Gaming Rose : Le Test En Profondeur »

  1. Concernant ton commentaire :
    “Et là, je suis assez estomaqué : autant le cache s’insère bien vers le bas (grâce à une encoche), autant il y a un jour assez important en hauteur. Comment est-il possible de passer à côté de ça ? Je vérifie plusieurs fois dans le livret, et constate que le fabricant parle d’une « bande » que l’on peut sangler pour faire tenir les caches. ”

    Je pense que tu n’as pas bien suivi la notice : il y a une vis spéciale qui permet de serrer correctement le cache. Et la “bande” est en fait la sangle du coussin d’appui des lombaire qu’il faut passer entre le dossier et le cache…

    Répondre

Laisser un commentaire